Les plantes communiquent !

Excellent documentaire sur « les plantes communicantes » diffusé sur France 5 le 06/07/16. Images bluffantes de l’infiniment petit. Les plantes n’ont jamais pu fuir leurs ennemis et ont inventé des moyens de défense efficaces pour leur survie : elles se lancent des SOS, parlent aux ennemis de leurs ennemis, aiment la musique classique, se reconnaissent au sein d’une même famille, prédisent la météo, ont une mémoire, etc…Des êtres vivants bien plus « sensibles » (5 sens) et intelligents qu’il n’y paraît. La science n’en est qu’au début de ses découvertes sur le fonctionnement neurobiologique des plantes et leurs moyens de communication. Et si un jour, on pouvait leur parler et décoder leurs réponses ?

Florence

Pentatome rayé !

14062012-IMGP6565.jpg

Vu avec Nicolas ce matin, sur la tanaisie…Rubrique « t’es qui, toi ? t’es gentil ou t’es méchant ? »

Assez fréquent sur les prairies et prés secs du Sud de l’Europe moyenne, depuis quelques années se répand vers le nord…(fichu réchauffement climatique !)

Le pentatome rayé ou punaise arlequin est un insecte de la famille des punaises, il est présent sur les feuilles des apiacées ou sur les tomates (bon là, vu l’état des tomates, il s’est rabattu sur un apiacée, intelligent le bougre…). C’est un insecte suceur de sève et donc un nuisible, mais avec ses couleurs, il est facilement repérable. Cependant il a une odeur nauséabonde comme toutes les punaises.

Ok…il est super mignon mais non, non, non il n’est pas gentil, il ne faut jamais se fier aux apparences, l’habit ne fait pas le moine et tout et tout…Bon mais moi, s’il pue quand on l’écrase, ne comptez pas sur moi pour m’en occuper ! J’ai fait ma part…je l’ai trouvé dans mon livre sur les insectes 360 espèces Insectes Guide Nature Ulmer. Je veux bien lui dire « casse-toi, tu pues » et je serai au maximum !

Florence

L’origan

origanum_majorana.jpg

« Origanum vulgaris », marjolaine (bâtarde, d’Angleterre, sauvage ou vivace), thé rouge, thym des bergers.

Dans le Massif Central, il est appelé « thé de pays » et est utilisé pour lutter contre toutes les formes digestives dégradées. On l’appelle aussi « herbe porte-bonheur », les Grecs et les Romains confectionnaient des couronnes d’origan pour orner la tête des jeunes mariés, car ils le considéraient comme aphrodisiaque. C’était l’huile médicinale pour soigner les chagrins d’amour.

A ne pas confondre avec la marjolaine, car l’origan est stimulant et tonique, contrairement à la marjolaine.

L’ensemble de la plante mais spécialement les fleurs, est riche en huile essentielle composée de thymol, de carvacrol et de phénols qui sont hautement bactéricides. Les feuilles sont antispasmodiques, antitussives et astringentes par leurs tanins. C’est aussi une plante intéressante pour le foie. Les flavonoïdes sont diurétiques et spasmolytiques.

En tisane après les repas, le midi et non le soir, car elle est tonique et stimulante. Elle est digestive, facilitant la production de bile et son évacuation. Elle agit sur les inflammations aigües et chroniques des bronches, calme la toux et favorise l’expectoration des mucosités. Elle est tonique et réconfortante, elle permet de retrouver forme et dynamisme (2 à 3 tasses par jour).

En lotion, cette infusion peut être utilisée sur une plaie ou une égratignure, c’est un excellent cicatrisant. Ajoutée à l’eau du bain, une tisane forte est tonique pour les convalescents.

L’huile solarisée (faire macérer les plantes fraîches ou sèches dans de l’huile de tournesol, bocal dans un papier kraft placé sur le rebord d’une fenêtre, pendant 1 mois, en agitant de temps en temps) est efficace contre le rhumatismes, les petites plaies infectées, les toux rebelles et la fatigue (frictionner le torse dans les deux derniers cas), les douleurs dentaires, la chute des cheveux, les poux.

Un cataplasme contre les torticolis : réduire en bouillie épaisse, au mortier, une poignée de tiges d’origan fleuri, sans ajouter d’eau; réchauffer cette préparation dans un linge noué de gaze et envelopper le cou avec ce cataplasme chaud (sur une articulation ou un muscle douloureux aussi); laisser en place jusqu’à refroidissement.

Au jardin, lorsqu’on prépare des décoctions de plantes à visée insecticide (rhubarbe ou tanaisie), penser à ajouter une grosse poignée d’origan, légèrement insecticide mais pas assez puissant utilisé seul; la préparation agréablement parfumée masquera pendant quelques jours l’odeur des plantes attaquées par leurs prédateurs habituels.

Alors ? L’origan, c’est pas que pour les pizzas…!

Florence

Sources :

250 remèdes à faire soi-même de Claudine Luu (Terre Vivante)

Mes bonnes plantes et mes bonnes herbes de Pierrette Nardo (Rustica Editions)

La mauve sylvestre

137388.jpg

En latin « malva sylvestris« , autres noms : grande mauve, fausse guimauve, herbe à fromage, mauve des bois

Plante connue depuis des siècles avant notre ère, elle était utilisée pour ses propriétés adoucissantes mais elle rentrait également pour une grande part dans l’alimentation, où elle était un légume de choix. Dans certains pays, dont le Maroc, on la trouve encore sur les étals des maraîchers.

Toute les parties de la plante sont riches en mucilage, ce qui donne à la plante des propriétés adoucissantes et émollientes, donc utiles contre les maux de gorge, les irritations de la bouche et la toux. La mauve fait partie des 7 plantes pectorales avec la guimauve, le coquelicot, la violette, le pied de chat, le tussilage et le bouillon blanc.

Riche en sels minéraux, vitamines A, B1, B2, C et en protéines complètes.

Cueillir les fleurs avec leur calice au début de leur épanouissement. Elles deviennent bleu -violet foncé en séchant et colorent les infusions d’une jolie teinte bleutée.

Tisane : mettre une dizaine de fleurs fraîches ou séchées dans une tisanière puis verser 50 cl d’eau bouillante. Laisser infuser pendant 10 minutes. Sucrer avec du miel.

(Attention : la tisane de mauve peut réduire l’effet des médicaments; il est conseillé de respecter un délai d’une heure entre la prise de la tisane et la prise de médicaments).

2 à 3 tasses par jour en cas d’inflammation du côlon, de constipation ou de diarrhée, c’est LA plante de l’intestin.

Infusion parfaite également en bain de pieds, après une grande balade, pour soulager les frottements et apaiser l’irritation de la peau des orteils et des talons.

En compresses, cette infusions va apaiser la peau fine et fragile d’un enfant que le vent sec et froid aura irritée; calme également l’eczéma et les piqûres d’insectes.

En cuisine, les jeunes feuilles peuvent être consommées crues, fraîches en salade, en soupe…les fruits peuvent être accommodés comme des câpres.

Beauté : pour fabriquer une lotion adoucissante pour peaux sèches et irritées, jeter une poignée de fleurs et de feuilles de mauve dans 250 ml d’eau de source ou déminéralisée bouillante, laisser reprendre l’ébullition, couvrir et laisser infuser hors du feu jusqu’à complet refroidissement. Filtrer et conserver 3 à 4 jours au réfrigérateur. Cette lotion s’utilise matin et soir.

Au jardin, ses fleurs attirent abeilles et bourdons, ses fruits régalent les gendarmes.

Croyances populaires : la migraine sera soulagée si, au mois de mai, après avoir récolté une feuille de mauve avant le lever du soleil, le migraineux en boit la rosée. On disait aussi qu’une tige de mauve portée autour du cou, faisait disparaître les hémorroïdes, au fur et à mesure de son séchage.

Alors, elle n’est pas extraordinaire, ma mauve, en plus d’être belle !! Et elle va se ressemer toute seule, comme une grande.

Florence

Sources :

Mes bonnes plantes et mes bonnes herbes de Pierrette Nardo (Rustiqua Editions)

55 plantes médicinales dans mon jardin de Virginie Peytavi (Terre Vivante)

250 remèdes naturels à faire soi-même de Claudine Luu (Terre Vivante)